Traitement de la Douleur Chronique

Traitement de la Douleur Chronique

L’unité de gestion de la douleur d’IMER est dédiée au diagnostic et au traitement des troubles de la douleur, notamment lorsqu’elle est de nature chronique (plus de 90 jours).

Le traitement de la douleur chronique commence par une évaluation clinique des causes de la production de la douleur au niveau du fonctionnement des voies nerveuses impliquées dans sa production et se concentre sur les procédures qui visent à guérir la douleur par des techniques peu invasives qui entraînent une diminution prolongée ou permanente de la douleur.

Traitement de la douleur pelvienne

Chez Imer, nous traitons les dysfonctionnements pelvi-périnéaux, principalement les pathologies gynécologiques, obstétriques, urologiques et coloproctologiques chez les femmes et les hommes avec l’objectif fondamental d’offrir des solutions thérapeutiques dans des maladies fréquentes telles que la cystite interstitielle, la prostatite, la compression du nerf pudendal etc.

Infiltration des points de déclenchement

Elle consiste à injecter des anesthésiques ou des anti-inflammatoires (dérivés de la cortisone) dans les zones particulièrement douloureuses du patient. L’injection est habituellement requise sur plus d’un point et plusieurs séances sont nécessaires pour obtenir un soulagement de la douleur.

Dénervation par la toxine botulique

L’un des grands problèmes de la douleur est la douleur musculaire. Les contractures musculaires peuvent devenir chroniques et se manifester à long terme par un durcissement ou une contraction musculaire, ainsi que par une douleur qui peut être confondue avec la douleur d’un nerf ou d’un os. En conséquence, ce groupe musculaire ou muscle perd ou réduit sa fonction. Une avancée importante a été l’utilisation d’une toxine provenant d’une bactérie (Clostridium botulinum) artificiellement synthétisée pour bloquer et donc détendre les muscles contractés en profitant de ses effets naturels. C’est très efficace et ses effets peuvent durer plusieurs mois.

Infiltrations articulaires (facettes et grosses articulations)

L’inflammation et la détérioration progressive des articulations de la colonne vertébrale et des grosses articulations (arthrite et arthrose) peuvent devenir douloureuses. Les infiltrations facettaires et des branches médiales postérieures qui commandent les stimuli douloureux consistent à injecter des médicaments à base d’anesthésiques locaux et de cortisone à l’intérieur de ces articulations ou à bloquer le nerf qui alimente la douleur. Les stéroïdes diminuent l’inflammation et soulagent la douleur.

Dénervation par radiofréquence thermique (rhizolyse)

Méthode par laquelle est utilisée une aiguille avec une terminaison spéciale qui génère de la chaleur. Le phénomène provoqué par la quantité de chaleur et la fréquence d’application (continue ou pulsée) permettra la destruction du nerf (neurolyse) ou son changement de signal (neuromodulation). L’objectif de cette technique est “d’engourdir” les fibres sensorielles transmissives de la douleur, améliorant ainsi l’état de santé clinique du patient.